Qui suis-je ? – Connaissance de soi

Tout a commencé il y a longtemps.

Quand j’étais petite j’avais les cheveux courts et je pestais à chaque fois que les amis de ma mère me faisaient leur blague “tu t’appelles comment petit?”… franchement, c’était pénible !

En même temps je me vivais entre les cow-boys et les indiens ne sachant pas dans quel camp me ranger. J’enviais les hommes, pensant qu’ils étaient les seuls capables de se comprendre sans parler, qu’ils avaient un code d’honneur, que nous les femmes ne pouvions pas comprendre…

Je ne vous parle pas du tout d’une identité sexuelle, ce sont juste les premières réflexions dont je me souvienne sur “Qui suis-je?”.

 

Aujourd’hui j’ai regardé cette vidéo #IAmConfortableBecause et hier j’ai lu cet article  et d’autres échanges sur le sujet du “Je me sens à part”. Et je me questionne, Qu’est-ce qui me rend différente / Pourquoi mes clients sont Mes clients / Pourquoi mes amis sont Mes amis / Qu’est-ce qui fait que j’ai les blocages que j’ai pour avoir les inconvénients de la vie que j’ai…

 

Est-ce justement parce que j’ai lutté, dans mon esprit au moins, à être une fille, tout en m’arrangeant avec la soi-disant confusion pour acquérir les qualités que je croyais réservées aux garçons ???

 

Je sais en tous les cas, être passée par des périodes où je voulais à tout prix “être comme toutes mes copines” – c’était fatiguant de devoir y penser tous les jours, de scruter les détails de décalages et de se sentir frustrée 2 fois sur 3. Et j’avais d’autres périodes où je m’en fichais de me comparer, je vivais ma vie et j’observais les autres par pure curiosité (et par timidité, faut pas se leurrer!)

 

Aujourd’hui, à plus de 40 ans, je sais qui je suis et je suis en paix avec moi. Mes cowboys et mes indiens sont en moi, ils ont accueilli Jonathan Livingston, Pooh, le prince Mychkine et d’autres. Aujourd’hui j’observe les êtres humains avec admiration et je souhaite apporter à chacun cette envie de célébration personnelle qu’il mérite.

 

Et voilà en quoi je crois,

PHILOKALIA ou

“La beauté sauvera le monde”

Dostoïevski, dans L’Idiot

 

Ce que j’ai vécu, m’a rendue telle que je suis maintenant. Le bon, le mauvais, le fascinant, le fatiguant, le blessant, le toujours-douloureux … c’est ce qui m’a rendue forte et m’a fait adopter les valeurs que j’ai maintenant en moi. Avec les expériences, j’ai appris à prendre conscience de mon chemin et de ce qui est de ma responsabilité, j’ai appris à vouloir évoluer. Je ne suis pas devenue ni cow-girl, ni indienne, mais je porte certainement un peu de tout ça en moi. Je ne suis pas devenue la meilleure photographe du monde, mais j’apporte le meilleur de moi-même dans ma photographie et mon service. Je ne suis pas la meilleure amie de quelqu’un mais mes amis ont le meilleur de moi. Je ne suis pas la meilleure mère au monde, mais je le suis certainement pour mes filles – parce qu’elles ont le meilleur de moi.

Et dans ces mots, vous avez un bout de ce que j’ai de meilleur en moi.

Milena


Pour plus de détails sur cette phrase de Dostoïevski vous pouvez lire ce magnifique article.

Pour en discuter avec moi il y a plein de manières – commençons par un message ?

Philokalia – amour du beau

Leave A

Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.